Blue Flower

Berne, le 30 mai 2018 - Lors de la récente assemblée des délégués de l’Association suisse pour un territoire sans grands prédateurs, les coprésidents Georges Schnydrig et Germano Mattei ont présenté un bilan positif, par rapport à l’année écoulée.

Grâce à la création d’une section bernoise, la résistance contre les grands carnivores s’est fortement renforcée. D’autre part, l’actuelle révision de la loi sur la chasse va dans la bonne direction, pour autant que toutes les propositions de la commission de l'environnement du Conseil des Etats soient acceptées.

Avec la création d’une section bernoise, dirigée par Thomas Knutti, les cantons de montagne renforcent leur position. Ainsi, notre organisation faîtière dispose de puissants relais dans tous les cantons impliqués par la problématique du loup. Cela permet de renforcer nos interventions dans les actuels débats liés à la révision de la loi fédérale sur la chasse.

D’autre part, sous notre impulsion, six organisations suisses ont interpellé les membres du Conseil des Etats, afin d’attirer leur attention par rapport aux problèmes découlant de la politique fédérale sur les grands carnivores.

Ces organisations demandent davantage d’autonomie pour les cantons, afin que ces derniers puissent réguler le nombre de grands prédateurs et définir des espaces qui n’en compteraient pas (surtout au sein des régions d’habitation). Notre association rappelle au Conseil fédéral qu'il a annoncé, en août 2017, un assouplissement du statut de protection dont bénéficie le loup, dans le cadre d’un message sur la modification de la loi sur la chasse.

L'Association a fait quelques progrès quant à la question des individus hybrides. Des enquêtes indépendantes sont en cours, avec la collaboration de spécialistes norvégiens et allemands. Une délégation française, comprenant le berger et cinéaste Bruno Lecompte, a livré des informations sur la difficile situation régnant en France. Une marche de protestation, ayant Paris comme destination, est prévue. Genève et Berne devraient figurer parmi les étapes intermédiaires.

L'Assemblée des délégués a reconduit les coprésidents Georges Schnydrig (VS) et Germano Mattei (TI) pour deux années supplémentaires. Les autres membres du comité sont : Edy Favre (VD), Sem Genini (TI), Martin Keller (SG), Franz Püntener (UR), Hermi Plump (GR) et Roger Schuwey (FR).

Informations complémentaires:

G. Schnydrig - Tél. 078 736 62 58
G. Mattei - Tél. 079 428 40 59
Co- présidents de l’Association suisse pour un territoire sans grands prédateurs www.lr-grt.ch

Au nom de nos Présidents, nous vous invitons à l’Assemblée des délégués

18. mai 2018 de 14:00  à 16:00
Seilerstrasse 4
à Berne

Ordre du jour:

  1. Salutations
  2. Adhésion des nouveaux membres
  3. Procès-verbal 2017
  4. Rapport annuel 2017
  5. Comptes et budget
  6. Rapport de révision
  7. Décharge des organes et organe de contrôle
  8. Election du comité, des présidents, de l’organe de contrôle
  9. Révision des statuts et du règlement des contributions
  10. Perspectives
  11. Cotisations
  12. Divers


Une délégation française de Haute-Savoie sera invitée à présenter la situation en France, ainsi que le processus de sensibilisation.

Inscrirez-vous via Internet : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Avec nos meilleures salutations

Le secrétariat

STOCKHOLM - AFP - MARDI 2 JANVIER 2018 - La chasse au loup, source de conflit entre chasseurs et associations de défense de l'environnement, s'est ouverte mardi en Suède, où la justice a autorisé les chasseurs à tuer 22 loups cet hiver.

Le 28 décembre, les défenseurs des animaux avaient présenté un recours devant la Cour administrative suprême, à moins d'une semaine de l'ouverture de la chasse, après un rejet de leur demande devant la Cour administrative d'appel de Sundsvall (ouest)..

Mais le lendemain, la Cour administrative suprême a annoncé sa décision de ne pas mettre pas fin à la chasse au loup. "Le 29 décembre 2017, la Cour administrative suprême a rejeté le recours contre la décision de chasser les loups", a fait savoir le tribunal dans une note qu'a pu consulter l'AFP.

" />

"La chasse au loup 2018 débutera le 2 janvier", s'est réjouie la Fédération suédoise de la chasse sur son site internet. Elle est ouverte dans cinq comtés du centre du pays jusqu'au 15 février. .

Mardi après-midi, trois loups avaient déjà été tués, selon l'Institut national vétérinaire chargé d'autopsier les loups abattus. La question de la chasse au loup revient tous les ans devant les tribunaux administratifs depuis qu'en 2009 le Parlement a mis fin à près d'un demi-siècle d'interdiction. Les protecteurs de l'espèce et les chasseurs s'opposent devant les tribunaux sur la légalité des permis de chasse au regard de la législation européenne, qui protège les loups via la convention de Berne de 1979..

"C'est malheureux, mais nous ne pouvons pas faire plus", a déploré lundi le président de l'association suédoise des carnivores, Torbjörn Nilsson, interrogé par l'agence de presse TT. "Nous espérons que la Cour administrative suprême finira par trouver une solution raisonnable"..

Des campagnes de chasse ont eu lieu en 2010 et 2011 (46 loups tués à chaque fois), en 2015 (44 loups), en 2016 (14 loups) et en 2017 (24 loups), sans compter celle de 2013, interrompue par les juges après la mort de trois canidés. .

L'Agence de protection de l'environnement estime aujourd'hui à environ 350 la population de loups en Suède..

Cette chasse est une question sensible en Suède, comme dans les autres pays d'Europe où on a réintroduit ou laissé progresser le carnivore ces dernières décennies, au grand dam des éleveurs de bétail. 

Berne, le 8 septembre  2017 - La Confédération ne peut plus fermer les yeux sur les préoccupations des populations confrontées par le retour du loup. Dans toute l’Europe, des personnes se mobilisent contre une politique inadaptée de gestion des grands prédateurs. Des feux d’alarme seront bientôt allumés pour demander de pouvoir réguler la population des loups.

L’Association suisse pour un territoire sans grands prédateurs approuve le projet du Conseil fédéral, visant à assouplir le degré de protection du loup. Une telle mesure est nécessaire et doit aussi être introduite au niveau européen. En 2006, le Conseil de l’Europe a toutefois rejeté la demande de la Suisse. Par conséquent, notre association estime que la Confédération doit s’engager de manière crédible sur ce dossier.

Pour le cas de la Suisse, notre association est d’avis que la meilleure solution consiste à se retirer de la Convention de Berne. Cette demande a d’ailleurs été transmise au Conseil fédéral en 2010 déjà, par le biais de la motion Fournier. Ce texte demande une révision de l’article 22 de la Convention de Berne.

En parallèle, il faut modifier la loi sur la chasse. De cette façon, il serait possible d’établir, en tant que mesure complémentaire, des zones libres de loups, notamment dans les localités, les zones de pâturage et d’estivage.

Des feux d’alarme

Le 15 septembre prochain, des feux seront allumés dans toute l’Europe. De cette façon, les détenteurs de bétail et les populations concernées enverront un signal contre le retour incontrôlé du loup. En Suisse, les sections cantonales inviteront chacune des personnes de la ville, de la campagne, ainsi que des agriculteurs et des politiciens, pour les informer des méfaits du loup et pour esquisser des solutions.

Toutes les personnes intéressées sont chaudement invitées à participer à cette journée du 15 septembre 2017 :

 

Canton

Lieu

Heure

Organisation

Contact

VS

Hangar Raron

19:30

Initiativkomitee für einen Kanton Wallis ohne Grossraubtiere

Schnydrig Georges

078 736 62 58

 

TI

Monti di Ravecchia, Bellinzona

20:00

Union Contadini Ticinesi (UCT)

Genini Sem

079 636 29 08

 

SG

Alp Wald, Gemeinde Vilters Wangs

19:30

Vereinigung zum Schutz der Weidetierhaltung und ländlichem Lebensraum (VWL-Ost).

Georges Junginger

 

OW

Hohgrat

Lungern

 

19:30

Vereinigung zum Schutz von Jagd- und Nutztieren vor Grossraubtieren in der Zentralschweiz.

Bürgi Walter

079 646 26 68

 

NW

Rinderalp

Stanserhorn

19:30

Vereinigung zum Schutz von Jagd- und Nutztieren vor Grossraubtieren in der Zentralschweiz.

Niederberger Thomas

079 280 37 78

VD, JU, NE, FR

 

 

 

Eric Erb

079 357 55 10

 

Informations complémentaires :

Co-présidents de l’Association suisse pour un territoire sans grands prédateurs

  1. Schnydrig Tél. 078 736 62 58
  2. Mattei Tél. 079 428 40 59

Les régions rurales ne veulent pas devenir le jouet de la politique fédérale, en matière de gestion du loup. Preuve en est, une organisation pour la Suisse centrale, ainsi qu’une autre pour la Romandie, ont rejoint l’Association suisse pour un territoire sans grands prédateurs, afin de s’opposer au retour du loup.

La Confédération doit réagir pour mieux régler la problématique du loup. Il faut notamment réduire le degré de protection dont bénéficie ce prédateur et donner davantage de compétences aux cantons concernés. Ce dernier point figure d’ailleurs dans le concept de gestion du loup, élaboré par notre organisation. Dans ce cadre, l’Association suisse pour un territoire sans grands prédateurs exige une tolérance zéro, quant à la présence du loup dans les agglomérations. Une motion, récemment déposée par le canton d’Uri, poursuit exactement cet objectif.

D’autre part, les personnes travaillant pour les autorités fédérales font preuve de peu d’empressement, quant à l’analyse des individus pouvant résulter d’un croisement entre le loup et le chien. L’impartialité de ces milieux est ainsi remise en question. C’est pourquoi notre organisation demande que des experts européens indépendants se penchent sur le sujet.

Informations complémentaires :

G. Schnydrig Tel. 078 736 62 58

G. Mattei Tel. 079 428 40 59
Co-présidents de l’Association suisse pour un territoire sans grands prédateurs www.lr-grt.ch

Compteur d'affichages des articles
168719