Blue Flower

Berne, le 4 février2021 - Le "non" étroit exprimé le 27 septembre 2020, 48.1% de oui contre 51.9% non, lors de la votation concernant la loi révisée sur la chasse, empêche de mettre en place des mesures de régulation pour faire face aux attaques du loup et d’autre Grand predateur.

Le "non" des urnes rend aussi plus difficile la régulation pour les cantons concernés. Actuellement, on observe un développement extrêmement dynamique de la population des loups, dans les cantons de montagne, ainsi que dans les régions rurales et de plus en plus aussi dans la plaine; avec toutes les conséquences négatives que cela implique pour la population, l'agriculture et le tourisme.

Par conséquent, le Conseil fédéral est appelé à traiter le plus rapidement possible le problème des grands prédateurs, au niveau des ordonnances et de la législation. Diverses interventions ont déjà été déposées au sein du Parlement fédéral.

L’Association suisse pour un territoire sans grands prédateurs adapte son travail aux nouvelles circonstances. En collaboration avec des parlementaires des cantons de montagne recueillies dans le « Groupe d’intérêt sécurité », notre association coordonne les mesures politiques destinées aux grands carnivores et la protection des troupeaux. En outre, les gouvernements cantonaux sont invités à reconnaître le besoin d'agir dans le domaine de la régulation des loups et à demander au Conseil fédéral d'agir rapidement.

En collaboration avec les organisations agricoles, en premier lieu l’Union suisse des paysans, la Société suisse d’économie alpestre et les Fédérations suisses d'élevage ovin et caprin, notre association s'efforce de trouver les meilleures solutions possibles, afin de protéger les animaux de rente, la faune sauvage, ainsi que la population. L'adaptation rapide de l'ordonnance sur la chasse, dans un premier temps, est d'une importance capitale. Une régulation préventive de la population des loups est essentielle.

En outre, il est nécessaire d'agir au niveau européen en vue d'un assouplissement du statut de protection dont bénéficie le loup (Conventios de Berne). De même, la question de l'hybridation chien-loup n'a pas encore été clarifiée. Une conférence de coordination avec les laboratoires européens devrait permettre d'harmoniser les méthodes d'analyse, ainsi que les résultats. Ces préoccupations, de même que d’autres importants sujets, continuent à préoccuper et occuper notre association. C’est pourquoi nous continuons à travailler avec les personnes concernées, les associations de protection du bétail et des animaux de rente, du paysage et de la population.

Informations complémentaires:

  • G. Schnydrig Tel. 078 736 62 58
    G. Mattei Tel. 079 428 40 59
    Co-présidents de l'Association suisse pour un territoire sans grands prédateurs
    www.lr-grt.ch
Compteur d'affichages des articles
476758