Blue Flower

Plusieurs loups ont attaqué et tué une vache sur un alpage dans les Grisons, dans la nuit de vendredi à samedi. Selon les autorités grisonnes, c'est la première fois qu'une attaque de ce type contre un bovidé se produit dans le canton.

L'épisode dramatique a eu lieu sur l'alpage Nurdagn au Schamserberg, a indiqué le canton des Grisons dans un communiqué. L'animal de rente a été retrouvé en bonne partie déchiqueté sur la zone de passage de la meute dite de Beverin. "On a à faire aujourd'hui à un incident d'une tout autre dimension (que les précédents)", a déclaré à Keystone-ATS le directeur de l'Office cantonal de la chasse et de la pêche des Grisons Adrian Arquint.

La vache laitière de sept ans se trouvait en compagnie de congénères dans un endroit clôturé. Cette clôture n'est toutefois pas considérée comme une mesure de protection pour les animaux de rente de grande taille, a précisé le chef de l'office.

Les loups de la meute de Beverin se comportent de manière "très problématique" depuis plusieurs années, selon M. Arquint. En 2020, la meute a tué un âne, a-t-il rappelé. "Les prédateurs sont habitués à contourner les mesures de protection des troupeaux." La Confédération a rejeté jusqu'à maintenant une demande visant à abattre le mâle alpha de la meute, selon M. Arquint.

Prévenir

"Il est temps de réagir pour éviter que la situation s'aggrave encore", a déclaré dimanche soir le conseiller national Martin Candinas (Centre/GR) au Téléjournal alémanique. Il convient notamment de protéger l'agriculture de montagne.

Le politicien réclame une régulation "pro-active" de la population de loups, avant que les dégâts surviennent.

Il s'agit d'une espèce protégée, et les interventions doivent se faire en bonne intelligence. Parallèlement à la législation fédérale, les cantons disposent de certaines compétences.

Emetteur GPS

Les autorités ont indiqué d'ores et déjà vouloir équiper un des loups de la "meute de Beverin" d'un émetteur GPS pour mieux surveiller leur comportement. Les conditions permettant l'abattage de loups en Suisse sont strictement réglementées.

Dans la zone de passage de cette meute, le seuil fixé par la Confédération pour les tirs dits de régulation avait déjà été atteint avant l'incident sur l'alpage de Nurdagn. De tels tirs ne sont actuellement possibles que lorsque le nombre de louveteaux de la meute peut être établi.

Ces données pourraient être connues d'ici à la fin juillet, au plus tard au début septembre, a déclaré M. Arquint. La moitié des jeunes animaux sera alors probablement abattue, selon lui.

A la fin 2019, la Confédération avait autorisé les autorités grisonnes à abattre quatre jeunes loups de la meute de Calanda. Trois des quatre autorisations avaient abouti.

Keystone-ATS

 

Compteur d'affichages des articles
568546